Passion, sérieux du travail, sens du détail et de la finition, sont notre credo

 

 

Retour accueil

RENAULT COLORALE Savane 1952

Restauration complète

 

Nous avons le très grand plaisir de débuter aujourd'hui la restauration d'une rare Colorale en version Savane, reconnaissable à son pare brise ouvrant et à ses bâches latérales.

Le véhicule, immobilisé depuis une vingtaine d'années, a servi de dépanneuse à un garage Renault qui, hormis quelques perçages du plancher afin d'y positionner une grue de remorquage, a pris le soin de ne pas le modifier outre mesure.

Tous ses éléments spécifiques sont donc présents, y compris la peinture d'origine simplement recouverte d'une couche du célèbre orange "Renault Service".

 

Le nouveau propriétaire, à qui nous cédons ce véhicule qui faisait partie de notre "stock" de Colorales, le destine à effectuer des rallyes au long cours, en l'occurrence un premier trajet "Paris-Pékin" par la route de la soie.

 

C'est une restauration complète qui s'annonce donc, accompagnée d'une préparation spécifique:

- Démontage total du véhicule

- Restauration de la carrosserie après sablage.

- Réfection complète du moteur et de ses périphériques, préparation moteur

- Pose d'une boite de vitesses synchronisée et d'un pont "long".

- Réfection des trains roulants

- Réfection du freinage

- Réfection de la sellerie

- Réfection du circuit électrique

P1150869.jpg

IMG_3408.jpgIMG_3409.jpgDSCN1874.jpg

Démontage complet du véhicule :

 

 

Les travaux commencent logiquement par le démontage complet du véhicule, point de départ évident de toute restauration dans les règles de l'art.

 

 

Nous le répetons souvent, mais rappelons ici encore une fois que les opérations de démontage, simples en apparence, ne sont pas si "basiques" que cela.

Le démontage est au contraire une phase cruciale.

En effet, c'est là qu'une grande partie du diagnostic est faite: c'est au démontage que l'on constate les jeux anormaux, les zones corrodées ou déformées, des filetages prisonniers détruits, que l'on peut repérer un sens ou un ordre de montage, etc...

 

Il ne s'agit donc pas simplement de démonter frénétiquement des éléments sans soin ni attention et de les poser sur des étagères, mais de faire, à chaque étape, et pour chaque pièce, une analyse de leur état et un diagnostic en vue des travaux ultérieurs.

 

 

Le démontage d'un Colorale est souvent complexe et fastidieux.

En effet la Colorale est un véhicule rustique, solide, lourd, quasiment plus proche d'un petit camion que d'une berline. Le dimensionnement généreux des éléments, leur poids, complique souvent beaucoup les choses.

De plus, un véhicule âgé de 70 ans, et généralement utilisé comme un utilitaire professionnel, sans autant de soin que celui qu'on apporterait à une berline familiale, présente fréquemment plus de corrosion au niveau des éléments amovibles du chassis, qui deviennent "indémontables".

 

 

Le démontage débute par la dépose de l'intérieur, des vitrages, et des accessoires de carrosserie.

La dépose des 38 tourniquets de maintient des bâches latérales, se transforme en calvaire...mais fort heureusement les pièces spécifiques au pare brise ouvrant, casquette et moulure inférieure de baie de pare brise, ne sont ni grippées ni trop endommagées.

 

 

La face avant est démontée d'un bloc. La plupart des boulons, de diamètre 10, cassent au dévissage...ce qui est une bonne nouvelle. Les autres sont disqués directement (quand ils sont accessibles) pour éviter de détruire les cages intérieures de maintien.

 

 

Une fois les ouvrants démontés, le faisceau électrique extrait, nous pouvons déboulonner la caisse de son châssis.

Ensuite, il "suffit" de lever le tout, de faire rouler le chassis resté sur ses roues, et de positionner à sa place un chassis de transport sur mesure.

 

 

Malheureusement, cela nous permet de constater l'état de corrosion avancé des bas de caisse, supports, bas de panneaux arrières.

Avant même le sablage effectué, nous savons qu'un très lourd travail de tôlerie s'annonce.

D'autant plus que, si les planchers arrières sont quasiment intacts, le plancher avant n'est en revanche plus qu'un vieux souvenir.

Comme souvent, la présence d'un tapis de sol a favorisé la stagnation de l'humidité, ce qui a provoqué les dégêts visibles ici.

 

 

Tous les éléments sont rangés dans la caisse, départ pour le sablage !

 

 

Nous garons le châssis dans la cour de l'atelier avant de passer à son démontage.

C'est l'occasion de faire un rapide état des lieux, et de constater en premier lieu que les suspensions Grégoire ne semblent pas endommagées.

 

 

A suivre...

DSCN1863.jpg DSCN1867.jpg

DSCN1892.jpgDSCN1887.jpg20220802_080923.jpg

DSCN1917.jpgDSCN1893.jpg

DSCN1876.jpgDSCN1877.jpgDSCN1884.jpg

DSCN1898.jpgDSCN1899.jpgDSCN1900.jpg

DSCN1901.jpgDSCN1907.jpg

DSCN1904.jpgDSCN1915.jpg20220802_202820.jpg

20220802_202600.jpg20220802_203438.jpg20220802_203448.jpg

DSCN1937.jpgDSCN1931.jpgDSCN1933.jpg

 

 

RETOUR VERS -->

LISTE DES RESTAURATIONS