Passion, sérieux du travail, sens du détail et de la finition, sont notre credo

 

 

Retour accueil

Injection Kügelfischer Peugeot

Nous recevons régulièrement des Peugeot 404 ou 504 en délicatesse avec leur système d'injection Kügelfischer.

Cette injection mécanique est pourtant fiable, très fiable même, pour peu qu'elle soit bien réglée, et que ses accessoires soient en bon état.

 

Peu répandue, et aujourd'hui mal maîtrisée par les garages "modernes" ou les amateurs même éclairés, c'est l'exemple même d'un système qu'il faut bien connaitre et surtout bien comprendre, pour pouvoir obtenir un fonctionnement parfait.

 

Ce magnifique coupé 404, totalisant moins de 20.000 kms d'origine, nous arrive en panne. Quand le véhicule démarre, ce n'est que pour émettre une épaisse fumée noire avant de caler.

Voici donc un exemple parfait pour examiner en détail le système.

P1030627.JPG

IMG_3394.jpg

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT:

 

Attardons nous en premier lieu sur le principe de fonctionnement....qui est très simple, bien plus

qu'une injection actuelle.

 

L'élément principal du système, c'est bien entendu la pompe à injection....mais diable, que le terme est mal choisi !

En effet, nous ne sommes absolument pas face à une pompe, mais plutôt à un simple distributeur mécanique.

 

L'arrivée d'essence et sa mise en pression est assurée par une pompe gaveuse électrique, qui délivre le carburant sous une pression approximative de 1 kg/cm² à la boite à clapets (l'élément en bas sur les deux premières photos).

 

Chaque clapet renferme un piston qui, en se déplaçant, envoie le carburant à une pression suffisante pour ouvrir un injecteur.

Les pistons sont bien entendus mis en mouvement alternativement via des poussoirs dans le corps de pompe, suivant l'ordre d'allumage, par un "arbre à cames" interne à la boite à clapets, lui même entrainé par le moteur avec une courroie.

(Cette courroie, nommée Sedis, est d'ailleurs le seul vrai point faible de cette injection, car elle est devenue introuvable....dans l'attente d'un refabrication).

 

Selon la quantité d'essence demandée, le mouvement des pistons est plus ou moins important, pour injecter de l'essence pendant plus ou moins longtemps dans chaque cylindre. On n'injecte pas plus d'essence en débit, mais le même débit pendant plus longtemps.

P5060268.jpgP5060269.jpg

P5060272.jpgP5060274.jpgP1030613.JPG

P6220674.jpg

REGLAGE :

 

Si le principe de fonctionnement est simple, la méthode de réglage l'est moins.

Elle nécessite une bonne connaissance du système, ou à défaut la fameuse valise de réglage Peugeot, qui permettra au novice de s'en sortir même sans connaitre le système sur le bout des doigts.

 

Plusieurs réglages sont à effectuer:

- La synchronisation du boitier papillon avec la pompe: il s'agit de faire en sorte que quand le papillon est ouvert à fond, on obtient le déplacement maximum des pistons, et donc la durée d'injection la plus longue.

Obtenu trop tôt, ce déplacement maximum provoquerait un apport d'essence trop élevé, et trop tard il causerait au contraire un manque d'essence.

Entre le boitier papillon et la pompe, il y a donc une biellette, connectée à un levier de chaque côté.

Il faut donc que la biellette de liaison ait la bonne longueur, tout simplement ;-)

 

- La position du papillon par rapport à l'action du conducteur sur la pédale d'accélérateur.

Une pige permet de bloquer le levier de pompe dans une position médiane, et on règle à ce moment l'ouverture de papillon associée.

Ensuite, on règle l'ouverture maximale et minimale du papillon, grâce à un "secteur cranté", plaquette en tôle munie de repères.

Au ralenti (photo de droite) un repère doit être face au bossage du boitier papillon. Le principe est le même pour l'ouverture maximale.

 

- L'enrichissement:

Là, c'est un peu plus compliqué, puisqu'il s'agit de régler "la richesse", un peu comme avec un carburateur.

L'habitude du système est là le principal moyen d'obtenir un réglage correct...à moins de disposer d'un banc de mesure de taux de CO, auquel cas le réglage est bien plus simple !

 

- L'enrichisseur thermostatique:

C'est l'équivalent du starter: un thermostat plongé dans le liquide de refroidissement permet, à froid, d'enrichir la carburation. Il faut régler son levier de sortie afin de n'enrichir ni trop tôt, ni trop longtemps.

Un thermomètre permet un réglage précis à une température définie. Sans celui ci, seul l'expérience permettra là encore un réglage correct...après quelques tâtonnements il faut bien l'avouer ;-)

 

- Ralenti: une vis de by pass d'air permet de définir le réglage de ralenti.

 

Réglée de la sorte, et si ses accessoires sont en bon état (pompe gaveuse en particulier), une injection Kügelfischer donne entière satisfaction en terme d'agrément de conduite et de consommation.

 

P1030633.JPG

P1030611.JPG

P1030615.JPGP1030617.JPGP1030618.JPG

P1030624.JPG

P1030620.JPG

 

 

RETOUR VERS -->

Liste des restaurations