Passion, sérieux du travail, sens du détail et de la finition, sont notre credo

 

 

Retour accueil

RENAULT 4 présérie 1961

Réfection complète

 

Nous accueillons aujourd'hui une Renault 4 construite en mai 1961.

Les spécialistes du modèle noteront que c'est une bizarrerie, puisque la présentation de la Renault 4 a eu lieu en juillet 1961, et que sa production officielle a débuté en aout 1961 seulement, avant une présentation au public en octobre !

 

Il s'agit en fait de l'un des rares modèles de présérie, reconnaissable au capot plat et à la goulotte d'essence en bas de l'aile arrière.

Elle porte le numéro de série 29, c'est la plus ancienne survivante connue à ce jour, et il est probable qu'elle ait participé aux essais menés par Renault avant la commercialisation du modèle.

 

C'est une restauration totale qui s'annonce, l'objectif étant de redonner au véhicule son état de sortie d'usine.

- Démontage complet.

- Réfection du chassis et des trains roulants.

- Remise à neuf du moteur et de la boite de vitesses.

- Refabrication du faisceau électrique.

- Réfection de la sellerie

 

 

P1160133.jpgP1160129.jpg

P1160121.jpgP1160122.jpg

Démontage du véhicule :

 

 

La première chose à faire lors de la restauration d'un véhicule, c'est de le démonter intégralement.

 

Cette opération, simple en apparence, n'est pas si "basique" qu'il n'y parait.

En effet, c'est lors de cette phase qu'une grande partie du diagnostic est faite: c'est au démontage que l'on constate les jeux anormaux, des zones corrodées ou déformées, des filetages prisonniers détruits, etc...

Il ne s'agit donc pas simplement de démonter frénétiquement des éléments, mais de faire, à chaque étape, une analyse de leur état en vue des travaux ultérieurs.

 

La caisse est débarrassée de ses vitrages, des ouvrants, de l'intérieur et du faisceau électrique.

Elle est ensuite séparée du chassis et nous pouvons mieux évaluer son état.

Il y a de bonnes surprises, comme le plancher de coffre pas si rouillé que cela, les ouvrants en état très correct, ou encore les passages de roues arrières.

En revanche, les pieds de portes avant sont détruits, tout comme la tôle sous le tableau de bord, et les ancrages de chassis sur le tablier avant.

Un lourd travail de tôlerie s'annonce donc.

 

 

Les trains roulants sont totalement démontés.

Chaque élément sera sablé, traité et repeint.

 

 

P1160570.jpg

P1160568.jpgP1160572.jpgP1160576.jpg

P1160580.jpgP1160577.jpgP1160579.jpg

P1160614.jpg

Réfection du moteur :

 

 

 

Démontage:

 

Le moteur est bloqué à l'arrivée du véhicule à l'atelier.

Cela n'est pas bloquant en soi puisqu'une réfection totale est prévue, mais c'est un "détail" qui complique toujours le démontage.

 

 

L'état du mécanisme d'embrayage laisse peu d'espoir sur ce que nous allons trouver sous le carter d'huile.

La distribution ne dépareille pas, les pignons en acier sont piqués, et le pignon céloron est extrêmement usé.

 

 

Après dépose de la culasse, nous constatons que deux des huit poussoirs de soupapes sont grippés dans leurs logements.

Cela n'explique que partiellement le blocage du moteur, puisque même après leur extraction, le vilebrequin reste immobile.

 

 

Les chapeaux de bielles et de paliers sont déposés, ce qui nous permet de constater que le premier palier et la première bielle sont corrodés et grippés.

 

 

En revanche, les pistons coulissent librement dans les chemises.

 

 

Le moteur est à présent totalement désassemblé.

En résumé, nous faisons face à:

- Un vilebrequin corrodé et usé.

- Un arbre à cames dont plusieurs cames sont piquées.

- Une corrosion globale de toutes les pièces de l'équipage mobile.

- Un bloc moteur très encrassé.

 

 

A présent, seules des mesures très précises doivent déterminer si les pièces sont sauvables, et quel niveau de rectification il faudra appliquer.

 

 

 

Nettoyage, métrologie, travaux de rectification :

 

De la même manière que le démontage est une étape importante dans le diagnostic de l'état du véhicule, le nettoyage des pièces moteur est une phase majeure si l'on veut obtenir un résultat parfait.

 

 

Le bloc moteur en particulier, doit subir un nettoyage très soigneux, aucune impureté ne devant subsister dans les canalisations internes de graissage.

C'est la raison pour laquelle nous commençons par démonter les bouchons de ces canalisations.

Cela permettra de les tringler et de nous assurer qu'aucun dépôt ne reste bloqué à l'intérieur.

 

 

Toutes les pièces sont ensuites nettoyées dans un bac à ultrasons, duquel elles ressortent "presque" neuves...si on fait abstraction de leur usure !

 

 

Les embases de chemises sont nettoyées, les portées des joints d'embase en cuivre devant être parfaites.

 

 

Le plan de joint du bloc moteur est marqué et piqué en plusieurs endroits, il faudra donc le surfacer.

 

 

Le vilebrequin, l'arbre à cames et le plot du pignon de distribution intermédiaire, doivent être rectifiés.

 

A suivre...

P1160505.jpgP1160510.jpg

P1160508.jpgP1160512.jpg

P1160515.jpgP1160531.jpgP1160516.jpg

P1160522.jpgP1160525.jpgP1160520.jpg

P1160524.jpgP1160521.jpgP1160528.jpg

--------------------------------

P1160588.jpgP1160587.jpgP1160584.jpg

P1160610.jpgP1160591.jpgP1160611.jpg

P1160598.jpgP1160599.jpg

P1160595.jpgP1160594.jpgP1160596.jpg

P1160612.jpgP1160604.jpgP1160605.jpg

RETOUR VERS -->

LISTE DES RESTAURATIONS