Passion, sérieux du travail, sens du détail et de la finition, sont notre credo

 

 

Retour accueil

Chevrolet Belair 1953

Restauration complète

 

Après la restauration totale d'une Chevrolet Belair coupé de 1954, effectuée en 2009, visible ici, nous avons le plaisir de débuter la restauration d'un second véhicule de ce type.

 

Cette fois ci, il s'agit d'un modèle 4 portes de 1953, qui nous arrive de Suisse, et qui est une rareté puisque non importé mais assemblé en Suisse, dans l'usine de Bienne.

Ce véhicule est arrêté depuis 1987 dans un garage.

Après quelques péripéties dues aux formalité des douanes à remplir, nous recevons ce beau véhicule à l'atelier pour une restauration complète:

- Restauration complète de la mécanique: freins, moteur, trains roulants.

- Restauration de la carrosserie.

- Sellerie

 

 

Etat des Lieux:

 

Malgré près de 30 ans d'immobilisation, le véhicule est dans un état de conservation exceptionnel au niveau de la carrosserie, car stocké à l'abri de l'humidité dans un garage ventilé.

Quelques fleurs de rouille apparaissent çà et là en surface, mais les planchers sont intacts, les bas de portes comme neufs, tous les ouvrants intacts.

Contre toute attente, le moteur n'est pas bloqué mais, après un arrêt aussi long, il est bien évidemment hors de question de tenter un démarrage avant un démontage complet et une réfection en profondeur

Les freins sont bloqués, cela complique la manutention de ce véhicule encombrant, mais ne pose pas de réel souci puisqu'évidemment, une réfection totale du freinage est au programme.

L'intérieur est en assez bon état, mais pour le confort et l'esthétique, il sera entièrement reconditionné.

 

P1070361.jpgP1070370.jpgP1070369.jpg

P1070365.jpg

P1070909.jpg

Démontage :

 

Tout travail de restauration sérieux commence par un démontage intégral du véhicule.

Commenter un démontage est toujours délicat.

Si il s'agit bien sûr de démonter, proprement, sans brutalité et en prenant un maximum de notes et de photos, il ne faut pas oublier que le diagnostic de l'état d'usure, de la mécanique et des trains roulants, est faite lors du démontage.

Cela n'est donc pas une étape à négliger, ni à "expédier" à la va vite.

 

Nous déposons d'abord la mécanique, le réservoir d'essence, le circuit de freinage.

Bref, tout ce qui est "sale et gras".

Cela nous permet de passer un bon coup de karcher à eau chaude afin de tout nettoyer et dégraisser, et d'effectuer la suite du démontage au propre.

 

Ensuite les vitrages, qu'on emballe et qu'on range soigneusement immédiatement, puis les ouvrants.

 

Puis la face avant complète: le capot en deux parties est déposé, puis les ailes et les joues d'ailes. Cela nous permet d'avoir un accès total à toute la partie avant du chassis.

 

Et enfin l'intérieur.

Sièges, tapis de sol et ciel de toit, sont ôtés le plus soigneusement possible.

Pas facile de manipuler des tissus de 60 ans d'âge, qui ne demandent qu'à se déchirer à la moindre manipulation.

Mais il est important de sauvegarder au maximum tous ces éléments afin de conserver des gabarits exploitables en vue d'une reproduction.

 

Le plancher est recouvert d'un garnissage insonorisant collé...et partiellement décollé malheureusement, ce qui a permis à l'humidité de se glisser entre la tôle et la mousse.

Il nous faut donc supprimer totalement ce ganrissage, afin de traiter correctement contre la corrosion.

Nous découvrons d'ailleurs à l'avant de la corrosion perforante, qui nécessitera quelques greffes de tôle.

 

De même, la baie de pare brise a souffert de la stagnation d'eau entre le joint et la tôle, et il faudra réparer cette zone, avant un traitement anticorrosion sérieux.

P1070941.jpg

P1070947.jpgP1070954.jpg

P1070967.jpg

P1070959.jpgP1070951.jpgP1070949.jpg

 

Carrosserie et peinture :

 

 

 

L'état du véhicule étant exceptionnel au niveau de la carrosserie et des soubassement, nous pouvons éviter à la fois une dépose du chassis, et un sablage intégral de la caisse.

 

 

Celle ci est simplement poncée, et les greffes de tôle sont effectuées au niveau des zones corrodées du plancher et de la base du pare brise.

 

 

Une peinture noire identique à l'origine est appliquée.

Un polissage-lustrage est effectué, afin d'obtenir un résultat visuel impeccable et flatteur.

 

 

Les planchers sont traités contre la corrosion, puis repeints en noir brillant également.

 

 

 

En parallèle, les chromes sont tous repris.

Après décapage complet, puis réparation dez zones endommagées, un nickelage est d'abord effectué, puis le chromage et son polissage terminent le travail.

Comme pour la peinture, ce n'est pas la qualité de la laque utilisée qui fait la beauté du résultat, mais la qualité de la préparation !

Rien ne sert de poser une couche de chrome sur des surfaces non nickelées ou mal préparées.

 

 

Cela nous permet, pour "le plaisir des yeux" d'effectuer un remontage partiel de la carrosserie dès la sortie de la cabine de peinutre.

 

P1090019.jpgP1090021.jpg

P1090026.jpgP1090030.jpgP1090156.jpg

20151209_123354.jpg20151210_091747.jpg20160112_162753.jpg

20160113_francés terminado.jpglot 1 Chevrolet.jpgP1090217.jpg

P1090281.jpgP1100284.jpgP1100287.jpg

Réfection du moteur :

 

 

 

Le moteur est posé sur l'établi pour un démontage complet.

 

 

Malheureusement, nous constatons rapidement que le bloc est fendu !

Chose relativement courante sur des moteurs de ces années, ayant été remplis à l'eau simple à la place de liquide de refroidissement toutes saisons, ou d'eau contenant de l'antigel.

En gelant l'eau augemente de volume, ce qui provoque immanquablement la casse du bloc moteur en fonte.

 

Ce moteur est donc inutilisable, et il nous faut en trouver un autre du même type en remplacement.

 

 

Ce nouveau moteur est démonté entièrement.

Nous ne nous étendrons pas sur le détail des opérations, nous permettant de désassembler un moteur que nous trouvons globalement très usé.

Cela n'est pas particulièrement surprenant sur une mécanique de cet âge, sur laquelle nous avons quoi qu'il arrive prévu une réfection intégrale.

Le vilebrequin devra être rectifié, les cylindres réalésés, l'arbre à cames et ses paliers remplacés, la culasse rénovée.

 

 

Le bloc moteur est nettoyé extérieurement par décapage mécanique, puis les canaux d'huile interne sont tringlés.

Après dépose des pastilles, et un nettoyage final au bac à ultrasons permet d'assurer qu'aucune impureté ne subsiste dans le circuit d'huile.

 

 

Il est alors repeint en gris Chevrolet, puis réalésé en côte de réparation 0.60.

Des pistons neufs associés sont approvisionnés et, après contrôle du jeu à la coupe de tous les segments, un par un, nous pouvons repositionner les ensembles bielles/pistons dans les cylindres.

 

 

Le vilebrequin est rectifié en cote 0.40, puis celui ci est équilibré.

 

Voir ICI l'article technique sur l'équilibrage.

 

Cela permettra à ce moteur un fonctionnement amélioré par rapport à l'origine, plus souple, silencieux, et exempt de toute vibration.

Bien entendu, le volant moteur, tout comme le mécanisme d'embrayage et la poulie damper, sont équilibrés également.

De même, les bielles et pistons sont pesés, afin d'appairer les pièces en vue d'obtenir 6 ensemble mobiles de masses identiques.

 

 

Un jeu de coussinets neufs est posé.

 

 

Côté volant moteur, l'étanchéité est assurée par une tresse textile. La pose est délicate, l'apparition du joint spi apportera un réel plus pour les génération de moteurs ultérieures.

 

 

Le vilebrequin est posé, et ses paliers serrés au couple.

 

 

L'arbre à cames d'origine était en état acceptable mais, comme il est facile de trouver des arbres à cames neufs pour ce type de moteur, il ne faut pas hésiter une seule seconde et le remplacer.

C'est donc une pièce "nos" (new old stock) que nous munissons d'un pignon de distribution en aluminium neuf.

 

 

Dans le bloc moteur, les bagues sont remplacées.

 

 

La pompe à huile est révisée, ses pignons remplacés et son couvercle surfacé.

Une attention particulière est portée au clapet de décharge.

 

 

Le carter inférieur retrouve sa place, puis le volant moteur et la cloche d'embrayage.

Ils sont suivis par le mécanisme d'embrayage...dont on notera le positionnement repéré par un trait de couleur, à respecter impérativement compte tenu de l'équilibrage dynamique effectué.

 

 

Un joint de culasse neuf, pulvérisé à l'enduit d'étanchéité, est mis en place.

 

 

De gros travaux ont été effectués sur la culasse:

- Nettoyage aux ultrasons.

- Epreuve et surfaçage.

- Remplacement des guides et des sièges de soupapes.

- Remplacement des soupapes.

- Rectification des sièges et des guides.

 

Attention à ne pas confondre rôdage et rectification, lire ICI l'article technique sur le sujet.

 

 

La culasse est posée et serrée au couple.

 

 

On prendra soin de bien positionner le boulon central, percé d'un canal destiné à assurer le graissage de la rampe de culbuteurs.

 

 

Des poussoirs hydrauliques neufs sont mis en place, tout comme les tiges et les culbuteurs.

 

 

Le travail se termine par la pose de pastilles de désablage neuves.

 

 

 

La boite de vitesses est accouplée au moteur, après avoir été simplement contrôlée, puis repeinte après remplacement des joints.

 

 

P1100045.jpgP1100071.jpgP1130955.jpg

P1130957.jpgP1130992.jpgP1130995.jpg

P1150464.jpgP1150465.jpg

P1150924.jpgP1150927.jpgP1150928.jpg

P1150467.jpgP1150929.jpg

P1150906.jpgP1150912.jpgP1150914.jpg

P1150917.jpgP1150918.jpgP1150916.jpg

P1150921.jpgP1150922.jpg

P1150935.jpgP1150937.jpgP1150939.jpg

P1150938.jpgP1150940.jpgP1150941.jpg

P1150947.jpgP1150953.jpg

P1140927.jpgP1140929.jpgP1140928.jpg

P1150954.jpgP1150952.jpg

P1150942.jpgP1150956.jpgP1150958.jpg

P1150963.jpgP1160032.jpgP1160034.jpg

Périphériques moteur :

 

Allumage :

Par choix, l'allumage d'origine, à vis platinées, est conservé.

Une autre solution aurait été de le rempalcer par un allumage électronique intégral, mais le respect de la configuration d'origine étant important pour le propriétaire du véhicule, c'est l'allumeur d'origine que nous rénovons.

 

Il est démonté entièrement, la courbe d'avance est contrôlée au banc, puis vis platinées et condensateur sont remplacés.

 

La bobine et le faisceau sont remplacés également.

 

Dynamo et démarreur:

Ces deux éléments subissent exactement le même sort:

- Démontage complet et nettoyage

- Surfaçage des collecteurs

- Remplacement des charbons

- Remplacement des roulements

- Peinture et remontage

 

Carburation :

Le carburateur d'origine étant trop endommagé, un carburateur neuf est utilisé.

Celui ci a l'avantage de présenter un gicleur de marche réglable, ce qui nous permettra de régler au mieux la carburation...ce qui est fort utile compte tenu des carburants actuels ayant des propriétés différentes des carburants utilisés dans les années 50 aux Etats Unis !

 

Refroidissement :

Le radiateur de refroidissement est démonté et tringlé, et la pompe à eau remplacée.

On n'oublie surtout pas le calorstat, qui était absent sur le véhicule.

Il joue un rôle majeur dans la régulation de la température du moteur, l'enlever est une erreur qui peut être lourde de conséquences sur la fiabilité du moteur.

 

En effet, le calorstat définit la température de fonctionnement du moteur certes, mais il joue aussi, et surtout, un rôle de régulation: si il est absent, la température varie bien trop rapidement dans le moteur (hausse en côte, baisse rapide dans une descente). Le bloc moteur et la culasse ne se dilatant pas à une vitesse égale, c'est alors le joint de culasse qui sert de fusible.

 

Réservoir d'essence :

Le réservoir d'origine est, c'est surprenant, en excellent état: peu de dépôts, et surtout aucune corrosion, à l'intérieur.

Il est donc simplement bien nettoyé, décapé et repeint, puis il reçoit une jauge neuve.

P1160038.jpgP1160095.jpgP1160043.jpg

P1160040.jpgP1160041.jpgP1160042.jpg

P1160047.jpgP1160048.jpg

P1160049.jpgP1160050.jpgP1160054.jpg

P1160035.jpg

P1160206.jpgP1160207.jpgP1160210.jpg

Repose du moteur et premiers essais :

 

Le moteur est remis en place dans le compartiment moteur, et les différents périphériques montés.

 

Parmi eux, nous posons une pompe à essence électrique additionnelle en complément de la pompe mécanique d'origine.

Celle ci est commandée par un bouton poussoir au tableau de bord, et permettra d'amorcer le circuit quand le véhicule aura été inutilisé pendant une longue période.

 

Une premier démarrage du moteur est effectué.

Il permet d'observer la bonne pression d'huile et l'absence de fuite, et de pousuivre sereinement le remontage.

P1160438.jpgP1160431.jpgP1160442.jpg

P1160492.jpgP1160496.jpg

Réfection du train avant :

 

 

Le train avant doit bien entendu faire l'objet d'une réfection totale, afin d'assurer au véhicule un comportement routier parfait.

 

Il est donc déposé entier, puis totalement désassemblé.

 

Tous les éléments sont décapés, traités contre la corrosion, puis repeints en noir brillant pour une belle finition.

 

 

Pivots, bagues et joints sont remplacés, de même que les amortisseurs, les roulements de roues, et les bagues d'appui des ressorts de suspension.

Un réglage de la géométrie sera effectué au banc ultérieurement.

 

 

Les bagues du renvoi, souvent la cause d'un jeu excessif dans la direction, sont remplacées.

 

 

Le boitier de direction, entrès bon état, est simplement réglé et sa graisse est remplacée.

 

 

Les rotules de direction sont bien entendu changées.

 

 

Le système de freinage est neuf (nous y reviendrons plus bas), il est remonté et les tambours au préalable rectifiés retrouvent leur place.

P1160093.jpgP1160113.jpg

P1160114.jpgP1160117.jpgP1160119.jpg

P1160148.jpgP1160149.jpg

P1160164.jpgP11601671.jpg

Réfection du train arrière :

 

 

 

Le train arrière subit le même sort que le train avant: après un démontage complet, tous les éléments sont décapés, traités et repeints.

 

 

Le couple cônique étant en parfait état, il pourra être conservé sans autre intervention qu'un nettoyage et une remplacement du croisillon d'arbre de transmission.

Les joints sur le banjo sont quant à eux bien entendu remplacés par des neufs.

De même, les joints de fixation du tube de poussée sur la boite de vitesses, en liège, sont également changés.

 

 

Les lames de suspensions sont remplacées.

Puisque l'on trouve des lames neuves à des tarifs abordables, il ne faut pas hésiter.

Leurs silenblocs de fixation, sur la caisse comme sur le pont, seront bien entendu remplacés également.

 

 

Les roulements de roues et les joints spis sont changés de la même manière.

 

 

Les amortisseurs à bras, ainsi que la barre antiroulis, semblent être un montage spécifique aux véhicules destinés au marché Suisse.

Ceux ci sont donc rénovés et remontés à l'identique, pour conserver cette caractéristique spécifique au véhicule.

P1160203.jpgP1160215.jpg

P1160221.jpgP1160222.jpgP1160227.jpg

P1160231.jpgP11603621.jpgP11603631.jpg

P1160235.jpg

Travaux de sellerie :

 

A suivre...

P1100276.jpgP1100275.jpgP1100344.jpg

P1100280.jpgP1100282.jpg

RETOUR VERS -->

LISTE DES RESTAURATIONS